Perdre le fil

16.
« Quand vint le tour de Prince, il rassura ses entraîneurs en circulant autour du Portoricain comme en plein slalom au Jeux Olympiques, en le bombardant de loin, à l’abri des coups de boutoir du taureau des Caraïbes. Il ne cognait pas assez fort et le Portoricain traversait ses gauches comme s’il allait aux prunes. Prince se mit à enchaîner un crochet du même bras derrière le direct. Le Portoricain pilait net à chaque fois, il avait horreur de ce dos d’âne sur la route. Ça lui faisait perdre le fil. »

njgoldelglow040607stjr_008_53

19.
« Petit-Steve avait affaire à un boxeur dangereux. Grand et sec, l’air de rien question puissance, longiligne aux muscles décharnés, mais il fallait se méfier, un direct lancé d’aussi loin percutait comme un coup de matraque. Petit-Steve était du genre à ne pas faire de prisonniers. Du coup, en attaque frontale d’artillerie lourde, il prenait des coups. Or, les Saintes Écritures étaient très claires là-dessus : il fallait les accepter, mais pas les prendre — il n’y a pas de bon encaisseur. Contre un adversaire de plus grande taille, le style de puncheur de Petit-Steve était un handicap. »

(photos © Sriantha Walpola)

Publicités

3 commentaires

  1. JAN 15th READ THE BEAT BEHIND THE GLOVES; HOW RENEGADE’S CAME TO BE………………………….

  2. Rayon « nouveautés » dans l’unique librairie de cette ville très au profond de la France. S’il n’y avait qu’un seul exemplaire, il est à moi maintenant !
    J’ai commencé ma lecture hier soir, assez tard. Je l’ai terminée ce matin (après une interruption pour respecter la prescription médicale d’un sommeil réparateur). L’écriture est surprenante parfois. Notamment pour ce qui concerne l’usage de la virgule. Le climat d’étrangeté dans lequel baigne le roman (fantastique social ?) doit beaucoup aux descriptions minutieuses (quasi ethnologiques) concernant l’emploi du temps du personnage principal. S’il a quelques nostalgies (ses moments russes à lui), Dessaignes nous entraîne de manière sèche et dure dans un univers totalement original qui n’a de cesse de nous étonner et de nous surprendre par ce qu’il laisse entrevoir. Un roman noir sans aucun doute !

  3. Chère lectrice, je suis enchanté de votre commentaire, un des premiers, et l’on écrit pour être lu !… Lu avec plaisir, on a fait son boulot. Très satisifaisant. Vous avez raison il m’arrive de choucrouter avec les virgules, et je me surveille d’habitude, mais mon attention est parfois déficiente, je crois que c’est influencé par l’usage russe de la virgule, légèrement différent du nôtre.
    Quant à la nostalgie, c’est un ingrédient, j’essaie de m’en servir avec mesure.
    L’essentiel est que vous ayez passé un bon moment.
    Amicalement
    TM


Comments RSS TrackBack Identifier URI

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s