Perdre le fil

16.
« Quand vint le tour de Prince, il rassura ses entraîneurs en circulant autour du Portoricain comme en plein slalom au Jeux Olympiques, en le bombardant de loin, à l’abri des coups de boutoir du taureau des Caraïbes. Il ne cognait pas assez fort et le Portoricain traversait ses gauches comme s’il allait aux prunes. Prince se mit à enchaîner un crochet du même bras derrière le direct. Le Portoricain pilait net à chaque fois, il avait horreur de ce dos d’âne sur la route. Ça lui faisait perdre le fil. »

njgoldelglow040607stjr_008_53

19.
« Petit-Steve avait affaire à un boxeur dangereux. Grand et sec, l’air de rien question puissance, longiligne aux muscles décharnés, mais il fallait se méfier, un direct lancé d’aussi loin percutait comme un coup de matraque. Petit-Steve était du genre à ne pas faire de prisonniers. Du coup, en attaque frontale d’artillerie lourde, il prenait des coups. Or, les Saintes Écritures étaient très claires là-dessus : il fallait les accepter, mais pas les prendre — il n’y a pas de bon encaisseur. Contre un adversaire de plus grande taille, le style de puncheur de Petit-Steve était un handicap. »

(photos © Sriantha Walpola)

Publicités