TRADUIRE

Traduire, c’est être en suspens entre ici et ailleurs, un bon poste d’observation, en éternel porte-à-vrai à guetter les petites cellules de la langue qui – vases communicants. Si j’ai beaucoup maudit ce travail, je l’ai aussi beaucoup aimé pour les raisons que l’on comprendra en lisant la suite – notamment à cause de l’exotisme, un éternel Club Med des idées. Au fur et à mesure que j’avançais dans un labeur souvent ingrat, je trouvais en effet toujours des occasions de me réjouir de ce « métier », que le destin m’avait fait la fleur de me réserver. Ce sont celles-ci avec quelques réflexions et des bribes de récit que je notais de temps en temps, quand les cadences infernales de la production me laissaient souffler.

image-61image-8image-10image-11

Publicités

Laisser un commentaire

Aucun commentaire pour l’instant.

Comments RSS TrackBack Identifier URI

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s